Aide aux victimes

victimes.jpg

Les services hospitaliers, les médecins sont amené à gérer au quotidien des situations individuelles ou collectives extrêmement graves, telles, la prise en charge des familles victimes d’un accident de la circulation, d’une chute, une agression, une catastrophe (tsunami, rapatriement) peuvent provoquer des souffrances psychologiques plus ou moins fortes, du choc émotionnel au sentiment de culpabilité ou d’humiliation.

En partenariat avec des équipes professionnelles, mais aussi l’association INAVEM (Institut National d’Aide aux Victimes et de Médiation) , la sophrologie propose pour chaque type d’évènement, des séances adaptées.

Le besoin d’une aide peut être identifié par un professionnel de la santé ou par un responsable de l’association, qui invite à contacter le professionnel (sophrologue, psychologue clinicien, travailleurs sociaux spécialisés, …), afin d’évaluer et cerner la nature de la souffrance, Elle est souvent difficile à exprimer clairement. Il faut aider la personne à exposer ce qu’elle ressent. Au-delà des aspects matériels et indemnitaires, accompagner les premiers pas de la victime sur le chemin difficile de la reconstruction psychologique après un accident ou une agression.

Crédit photographie : Ernstl / Licence creative commons By SA 2.0