La méthode du Dr Vittoz

La méthode du Docteur Vittoz

Roger Vittoz (1863 – 1925) né en Suisse, est un des premiers psychosomaticiens. De formation généraliste, ses recherches l’amènent à découvrir que l’impact des souffrances psychiques influent sur le fonctionnement du cerveau.

Il a créé une technique dans laquelle le malade serait actif car il lui paraissait nécessaire qu’il devienne l’artisan de sa propre guérison.
La méthode travaille sur le triptyque réceptivité-émissivité-concentration. Elle sollicite beaucoup les sens et invite la personne à être dans la conscience de l’instant présent.

Il a noté le résultat de ses recherches dans l’unique livre qu’il a écrit « Le traitement des psychonévroses par la rééducation du contrôle cérébral » Editions Tequi.
Prise de conscience de lourdeur, de la respiration en proposant de s’abandonner, de lâcher-prise, en faisant appel aux cinq sens : Voir aussi page exercices
ouïe : prise de conscience des bruits proches et lointains, …
vue : visualisation de lumière, de couleurs, …
odorat : inspiration fraîche, expiration tiède, …
toucher : prise de contact des vêtements, …

La méthode permet de se relaxer, mais aussi d’apprendre à se détendre pour amener un relâchement de tous les blocages, de toutes les inhibitions, c’est un moyen d’évacuer les tensions en s’adaptant à son milieu, sentir et percevoir son corps.

On obtient cette détente par :

la respiration : entre l’activité consciente et l’activité inconsciente.

la pensée : concentration, canalisation, focaliser toute sa pensée sur une seule chose.

la visualisation : c’est la capacité d’imaginer, de se représenter des images mentales.

l’image : imaginer sur son écran mental une scène de la vie qui est agréable, pour obtenir la détente.

Les émotions, les tensions que l’on vit dans notre vie moderne, toutes les tensions du stress créent des décharges d’hormones, dans notre corps, qui produisent de nombreuses toxines, très difficiles à éliminer, et sont la cause de déséquilibres physiologiques, puis de maladies simples ou chroniques.